Le fonctionnement du Factoring

 

En France, le volume de créances détenues par les entreprises sur leur clientèle est estimé à plusieurs centaines de milliards d'euros. La France est l'un des pays où ce phénomène a la plus grande ampleur. Le crédit fournisseur consiste à consentir à son débiteur un délai de paiement. L'entreprise qui consent plus de crédit à ses clients que ne lui en consentent ses fournisseurs, doit trouver un mode de financement de ce déficit. Ces besoins sont en principe couverts par les ressources propres de l'entreprise, mais ces dernières sont parfois insuffisantes. L'entreprise est alors obligée de faire appel au système bancaire pour assurer son financement.

En ce qui concerne ses besoins à court terme, diverses techniques de financement sont à sa disposition : En effet, la Banque de France distingue : les crédits de trésorerie généraux (découverts ou facilités de caisse), les crédits de trésorerie spécifiques (crédit de campagne, crédit de stockage, financement des commandes publiques...), les engagements par signature et enfin les mobilisations des créances commerciales.

La mobilisation des créances est couramment définie comme le moyen permettant à un créancier d'anticiper la disposition en percevant immédiatement le montant, en contrepartie de quoi lesdites créances sont, par un procédé juridique, mises en garantie ou cédées temporairement voir définitivement au profit du mobilisateur.

Il existe quatre principaux mode de mobilisation des créances : l'escompte, le crédit de mobilisation commerciales ou CMMC, la cession Dailly , et l'affacturage.

 

L'affacturage, version française du terme anglais factoring est une technique par laquelle une entreprise cliente appelée adhérent (chez certains factors, on l'appelle aussi « vendeur ») transmet ses créances à une société d'affacturage dénommée factor ou affactureur, qui moyennant rémunération, se charge d'en opérer le recouvrement auprès du débiteur client de l'adhérent, d'en garantir la bonne fin en cas de défaillance de ce débiteur, et de régler par anticipation tout ou partie des créances transférées.

L'affacturage généralement utilisée par les PME-PMI, a connu une forte croissance ces dernières années. Le chiffre d'affaires traité par les sociétés d'affacturage est passé de 89 milliards d'euros en 2005 à 134 Milliards d'euros en 2008. Cet engouement à l'affacturage s'explique par la tendance des banques à réduire leur financement à court terme des PME contraignant celles ci à d'autres solutions.

Même si elle concerne plus le commerce intérieur, l'affacturage touche aussi le commerce extérieur car elle ne peut ignorer l'internationalisation croissante des échanges de biens et de services, laquelle a historiquement constitué le cadre de sa fonction première.

______________________________________________________________________________________

 

Contactez-nous